Guides

Qu'est-ce qu'une ICO ?

Une ICO (Initial Coin Offering) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet (définition de ICO Mentor).
Ces actifs numériques sont appelés tokens (jetons, en français). C’est pourquoi les ICO sont également appelées « token sales ».
Les tokens sont émis par l’organisation à l’origine de l’ICO, et peuvent être acquis par quiconque lors de l’ICO en échange de cryptomonnaie (le plus souvent, de l’ether ou du bitcoin).
Dans un second temps, ces tokens
*sont vendables et achetables sur des plateformes d’échange, à un taux dépendant de l’offre et de la demande. Ils sont donc très liquides.
* ont vocation à être utilisables dans le projet financé par l’ICO en question. Leur valeur est donc censée dépendre du service fourni in fine par l’entreprise à l’origine de l’ICO.

A la différence d’actions, les tokens ne représentent pas (dans la plupart des cas) des parts de l’entreprise, mais plutôt, par exemple, un droit d’usage du service.

Acheter des tokens lors d’une ICO revient en fait à pré-payer le produit ou le service appelé à être développé. Pour prendre un exemple fictif, le cas d’Air France : une IPO consisterait à acheter des actions d’Air France, une ICO serait pré-acheter les Miles. (Pour plus de précisions, lire ‘Qu’est qu’un Token?‘).
Les porteurs d’un projet d’ICO garantissent que ces tokens seront rares. Le terme Initial est donc clef : il s’agit d’acheter ces tokens au tout début du processus, lorsque leur valeur est encore relativement faible.
Cette méthode incite fortement les participants de l’ICO à être investis dans le projet : ceux-ci ont en effet intérêt à ce que celui-ci devienne par la suite un succès, afin de pouvoir à terme utiliser les tokens acquis ou bien espérer en tirer une valeur financière supérieure à leur valeur d’achat. Ces early-adopters sont clefs pour la réussite espérée du projet.

Acteurs et enjeux

Côté initiateurs des ICO
Pour des créateurs d’applications blockchain ou de blockchains elles-mêmes.
Le plus souvent, les ICO servent à financer le lancement d’applications décentralisées qui fonctionnent sur un protocole blockchain spécifique (le plus souvent Ethereum).
Parfois cependant, les ICO visent à financer directement des protocoles blockchain : ce fut par exemple le cas du protocole Tezos début juillet 2017, qui a levé l’équivalent de plus de 200 millions de dollars.

Côté investisseurs dans les ICO
Pour quiconque (disposant de cryptomonnaie)
C’est pour cette raison que les ICO sont souvent appelées crowdsales : dans une logique similaire à celle du crowdfunding, n’importe quel internaute peut investir dans un projet initiant une ICO, à condition de posséder des cryptomonnaies. Pour investir, l’internaute échange le montant de cryptomonnaie qu’il souhaite contre des tokens, émis par le projet réalisant son ICO.

Les ICO : un changement de paradigme
Les ICO font tomber la barrière entre investisseurs professionnels (business angels ou VCs) et investisseurs particuliers. Tout un chacun peut miser sur des services jugés prometteurs.
En outre, ce mécanisme bouscule les règles traditionnelles de l’économie numérique, en premier lieu l’effet de réseau qui est au fondement du succès des plateformes comme Facebook, AirBnb, BlaBlaCar, etc. Les tokens, en créant un effet de réseau inversé, permettent à des services numériques d’émerger bien plus facilement.
Les ICO permettent également à des protocoles (comme le sont TCP/IP et Http pour Internet et le web) de se développer plus rapidement, et d’opérer un rééquilibrage radical en termes de captation de valeur. La valeur créée par les chercheurs à l’origine d’Internet et du web a été récupérée par les Google, Facebook, etc. : cette logique, ici, se renverse.

La token économie : une nouvelle économie numérique
Avec les tokens, de nouvelles logiques économiques voient le jour. Les méthodes classiques de croissance, d’organisation et de partage de valeur des startups sont bousculées. La notion même de startup est à repenser.
Internet a permis de décentraliser l’information, en permettant à chacun de publier et d’échanger instantanément toute information auprès du monde entier, sans besoin d’autorisation. La blockchain et les tokens permettent de décentraliser la valeur, en offrant à chacun un nouveau pouvoir : celui de créer et d’échanger de la valeur instantanément auprès de tout autre internaute, sans nécessiter ni tiers ni permission.
C’est un tout nouveau terrain qui s’ouvre pour l’innovation de rupture. Les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) sont à l’opposé des logiques de ce Web encore émergent, dont ils ne possèdent aujourd’hui absolument pas les codes.

Risques
Malgré leurs atouts considérables, les ICO présentent des risques aussi bien pour les investisseurs que pour les porteurs de projets. En matière juridique, les réglementations, encore inexistantes il y a quelques mois en la matière, commencent à prendre forme de façon hétérogène entre les pays.

N’attendez plus pour vous former et faites partie des pionniers de la construction de l’Internet de demain !