LVMH : une blockchain pour les produits de luxe Louis Vuitton et Christian Dior

Certains projets cryptos comme VeChain (VET) sont connus pour développer des systèmes anti-contrefaçons basés sur blockchain. Ici ce n’est pas moins que le groupe LVMH qui se lance dans l’aventure, pour protéger les produits de luxe Louis Vuitton et Dior par blockchain.

LVMH, le leader mondial du luxe, qui affiche 46,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018, est en train de préparer une plateforme basée sur blockchain, appelée AURA.

Il était logique qu’un tel groupe, qui lutte constamment avec la contrefaçon, s’intéresse de près à assurer l’authenticité de ses produits. LVMH aurait ainsi embauché depuis un an – en toute discrétion – une équipe à plein temps sur ce projet AURA, en collaboration avec l’équipe de développement d’Ethereum ConsenSys, ainsi que Microsoft Azure.

Selon CoinDesk, cette plateforme devrait entrer en service dès mai ou juin prochain, afin de protéger dans un premier temps les produits de ses marques Louis Vuitton et Christian Dior.

EXCLUSIVE: @LVMH, parent company of @LouisVuitton, is about to launch a blockchain for proving the authenticity of luxury goods, sources say. Report by @IanAllison123. https://t.co/JsLtJbLrTh

— CoinDesk (@coindesk) March 26, 2019

AURA serait ensuite progressivement étendu aux « 70 Maisons d’exception » que regroupe LVMH, voir même être proposé à des concurrents, en créant une marque blanche pour ce système.

« AURA apportera la preuve de l’authenticité des articles de luxe et retracera leurs origines, des matières premières aux points de vente, en passant par les marchés des biens d’occasion » source anonyme citée par CoinDesk

Toujours selon ces mêmes sources, AURA serait basée sur Quorum, une blockchain privée codéveloppée par la banque JP Morgan et EthLab.

Quorum est elle-même basée sur Ethereum (ETH). Nul doute que les non-fungible tokens ERC-721 (ou NFT) d’Ethereum ont su séduire le grand groupe de luxe, puisqu’ils permettent de rendre unique et authentifiable un élément sur blockchain.

Source: Journal du coin



Laisser un commentaire